GreenCom (ex-Ubinode) lève 12 M€ : un succès qui est aussi celui de l'incubateur

- Incubator news

Pour l'Incubateur Paca-Est, GreenCom Networks, startup spécialisée dans l'Internet des Objets pour les réseaux d'énergie résidentielle, représente un cas exemplaire de ce que peut apporter l'accompagnement de projets naissants. Cette société franco-allemande, dont le centre de R&D (35 personnes) est à Sophia Antipolis et le quartier général à Munich, a annoncé début décembre une levée de fond de 12 M€.

schéma GreenCom

Pour l'Incubateur Paca-Est, GreenCom Networks, startup spécialisée dans l'Internet des Objets pour les réseaux d'énergie résidentielle, représente un cas exemplaire de ce que peut apporter l'accompagnement de projets naissants. Cette société franco-allemande, dont le centre de R&D (35 personnes) est à Sophia Antipolis et le quartier général à Munich, a annoncé début décembre une levée de fond de 12 M€. Elle a fait entrer aussi à cette occasion deux actionnaires de référence, Shell Ventures et le fond japonais EEI qui vont accélérer son développement international sur le créneau de la transition énergétique. Un joli succès qui en annonce d'autres.

 

L'aventure a commencé il y a un peu plus de 10 ans avec Ubinode. Cette startup, entrée en mars 2009 en incubation à PACA-Est, avait été fondée par trois anciens collaborateurs d’Accenture, en lien avec le laboratoire I3S de l’Université de Nice Sophia Antipolis (UCA aujourd'hui). "Nous venions de la partie télécom d'Accenture et, à l'origine, nous n'étions pas positionnés sur l'énergie", explique Sébastien Alégret, CTO de GreenCom. "Nous voulions développer une plateforme pour l'IoT qui permette de déployer rapidement et d’administrer de vastes réseaux de capteurs."

"Mais c'était trop tôt. Nous avons donc cherché un secteur d'application. Nous avons alors identifié l'énergie. D'où le rapprochement avec l'allemand GreenCom Networks qui avait des compétences en énergie et en électricité et proposait déjà des solutions à destination des différents acteurs de la chaine de valeur de l’énergétique." Les deux sociétés ont aussi fusionné en 2011 avec la création de la filiale GreenCom Networks France chargée de l'intégralité des activités de R&D. C'est ce qui a permis d'étoffer nettement le site de Sophia qui est passé de 3 collaborateurs à 35 aujourd'hui.

 

Quant aux perspectives de développement, elles sont appelées à suivre les avancées de la transition énergétique avec le passage d'un monde du pétrole à celui de l'électricité et la montée d'une économie basée sur les énergies renouvelables, par essence intermittentes et dispersées. Dans ce nouveau contexte, GreenCom joue les chefs d'orchestre de l'énergie résidentielle.

Ses solutions permettent d'harmoniser les flux d'énergie entre les systèmes solaires photovoltaïques, les unités de stockage de batteries, les pompes à chaleur, les chargeurs de véhicules électriques... Cela au sein d'un même domicile, d'un quartier entier ou d'une communauté d'utilisateurs. En quelque sorte, des "smart grids" à géométrie variable qui peuvent ainsi être proposés aux fournisseurs de services à l'usage de leurs clients. Clé en main.

 

Basé sur la technologie logicielle hautement évolutive et sécurisée qu'avait initiée Ubinode, GreenCom ouvre sur de nouveaux modèles de service centrés client tels que le chauffage en tant que service, les revenus de flexibilité, les tarifs forfaitaires énergétiques, les tarifs dynamiques, la gestion de l’énergie domestique ou les communautés énergétiques. C'est déjà le présent, et encore plus demain.

 

Mais pour Sébastien Alégret, "rien ne serait arrivé sans l'aide initiale de l'incubation, tandis que nous avons pu bénéficier tout au long de notre parcours d'autres soutiens comme ceux du département, du Crédit Impôt Recherche. Toute cette aide a été bien utilisée et, aujourd'hui, le résultat est là : nous étions trois chômeurs au départ et nous avons déjà pu créer 35 emplois."